L’enjeu? Que la France ne perde pas de terrain: aujourd’hui, elle est le premier pays d’accueil des investissements industriels en Europe, selon le baromètre EY qui, en juin, relevait «une progression spectaculaire de l’attractivité» hexagonale en 2017 et début 2018, se traduisant par une hausse sur un an de 31 % du nombre de projets d’investissements. Pour l’instant, les «gilets jaunes» ne semblent pas avoir un effet trop dévastateur: une étude Kantar menée en décembre-janvier montre que les deux tiers des dirigeants à l’étranger considèrent que l’attractivité de la France s’est améliorée depuis deux années. Pas moins qu’en septembre-octobre.

Sourced through Scoop.it from: www.lefigaro.fr

2019-02-11T16:01:29+01:00